reseau des jeunes en actions

BIEN PREPARE SON VOYAGE

Un départ à l'étranger ne s'improvise pas, il est important de se poser les bonnes questions avant de faire ses valises puis de mettre toutes les chances de son côté pour faire de cet échange culturel une expérience constructive.

PRÉPARER SA MISSION

Avant le départ
La préparation d’une mission est une étape cruciale pour garantir une satisfaction et une implication maximum. La préparation d’une mission ne s’arrête pas au choix de la mission et du pays d’action. Loin de là. Après leur inscription, les volontaires doivent commencer à se préparer mentalement à cette aventure pour se fixer des objectifs mais surtout pour préparer leur arrivée dans le pays d’action.

Le choc culturel
L’effet de surprise ressenti par les volontaires à leur arrivée à destination est une étape normale. Les différences économiques, sociales et culturelles qui existent entre le pays d’origine et le pays d’action sont parfois nombreuses. Le stade de développement de notre pays amplifie le phénomène du choc culturel. Finis les routes goudronnées à voies multiples, le métro. Place aux pistes et aux marchés à ciel ouvert. Les volontaires à la recherche d’une nouvelle expérience et de changement sont servis. En effet, pour beaucoup de nos volontaires, partir en mission est un retour aux sources et aux valeurs humaines qui régissent les sociétés traditionnelles. Un seul conseil : laissez-vous faire car une grande partie de ce qui vous semble bizarre ou gênant quand vous arrivez vous semblera bien normal après quelques jours sur place et fera même partie du charme local.

S’adapter aux conditions locales
Pour nos volontaires, les plus gros changements concernent la circulation, la nourriture, la météo à l’arrivée et particulièrement la chaleur humaine qui caractérise les populations auxquelles ils viennent en aide. Les localités dans lesquelles nous agissons sont souvent centrées sur les traditions, la religion. La religion occupe une place prédominante dans plusieurs de nos localités d’action au point de surprendre les volontaires lorsqu’ils passent à proximité des lieux de culte.

Perdre ses repères pour mieux s’intégrer
Les volontaires ne réalisent vraiment la différence entre leur pays d’origine et leur pays d’action qu’une fois sur place. Le climat local est sans doute l’un des premiers repères perdus à l’arrivée mais il est souvent apprécié à sa juste valeur lorsqu’on quitte le froid hivernal de l’Europe pour des températures plus douces. Le bruit des voitures, les klaxons et les règles d’usage de la route sont là pour vous dérouter un peu plus. Les moyens de transport les plus courants sont les scooters et motos qui sont à votre disposition pour faciliter vos déplacements en ville.

Vivre en famille d’accueil
Un point important de l’intégration dans le pays est la vie en famille d’accueil. Cela implique l’adoption d’un train de vie différent ce qui permet une immersion culturelle directe et paisible. Durant votre séjour en famille d’accueil, vous pourrez gouter aux saveurs de la cuisine locale et vous familiariser avec les coutumes locales. Vos échanges avec votre famille vous aideront à briser la glace et à avoir un premier contact avec la population car avant même d’avoir le temps de vous habituer aux dialectes et aux sonorités des langues locales vous aurez l’occasion d’échanger avec la population locale. Ne soyez pas surpris si vous êtes accostée par des enfants en route vers l’école ou simplement par un inconnu qui veut échanger quelques mots.

Certes, partir en mission dans un pays étranger peut sembler compliqué mais notre équipe est là pour vous accueillir et faciliter votre intégration en vous donnant des repères avant et tout au long de votre mission. Les volontaires sont pour la plupart quelque peu surpris au début de leur mission mais finissent par s’habituer à la vie dans le pays d’accueil, si sommaire et modeste soit-elle, et regrettent parfois même que leur mission ne dure pas un peu plus longtemps.

 

Comment financer son voyage

Sur les volontaires qui nous rejoignent sur nos chantiers et stages d’été, mission humanitaire chaque année, beaucoup ne disposent pas d’emblée des fonds nécessaires. Nombreux déjà sont ceux et celles qui ont dû trouver et récolter des fonds autour d’eux notamment grâce au soutien d’amis et de membres de la famille.

Besoin d’aide pour financer votre mission?
La recherche de fonds est certainement, après l’étape de l’inscription, un des premiers défis à relever. C’est pourquoi nous vous proposons un mini-guide de levées de fonds : quelques conseils pratiques pour financer votre mission de volontariat. Ce guide explore différentes options de financement.

Quelques idées de financement
• Organiser une soirée-cinéma
• Organiser un évènement de charité « souper-spaghetti »
• Monter un dossier de demande de subvention
• Solliciter des entreprises locales pour un don
• Promesse d’article sur votre mission dans un journal local contre un don
• Vous faire parrainer par une organisation ou votre employeur
• Renseignez-vous auprès de votre école sur les différentes bourses disponibles
• Vente de chocolat, lave-auto, etc.

Vous serez sans doute surpris par la générosité de votre entourage ou déçu par l’inintérêt de certains sponsors potentiels (qui reçoivent par ailleurs des centaines de demandes de soutien financier), mais ne vous découragez pas ! Gardez en tête votre objectif : à savoir réaliser votre projet et vivre une expérience inoubliable ! Votre détermination et votre motivation seront vos meilleurs atouts.

Support de notre équipe
Notre association vous supporte tout au long de vos démarches de financement. N’hésitez pas à nous envoyer vos demandes de brochures et de posters pour vous aider, par exemple, lors de la tenue d’évènements. Une fois que vous avez été accepté sur une mission, nous pouvons aussi vous envoyer une lettre d’attestation pour accompagner vos demandes de bourses ou de sponsorat, il suffit de demander!

Contacter nous en cas de besoin : reseaudesjeunes1@gmail.com

 

 

 

Design by Graph&Art - Tous droits réservés